CHAPITRE VINGT-DEUX : JUGEMENTS ANNONCES


"... Arrive-t-il un malheur dans une ville, sans que l'Eternel en soit l'auteur ? Car le Seigneur, l'Eternel, ne fait rien sans en avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes" [Amos 3:6 à 7].

"Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ; le déluge vint et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme sera révélé" [Luc 17:26 à 30].

[La lecture de la Bible révèle un phénomène constant : à chaque tournant majeur de l'histoire de l'humanité ou du peuple de Dieu, la Bible constate que la situation spirituelle des dépositaires de la révélation s'est profondément dégradée au fil du temps. Et à chaque fois, Dieu a prévenu et exhorté son peuple par la voie prophétique. Si le Message prophétique annonce et rappelle alors à chaque fois les Promesses, il comporte aussi une grande portion d'avertissements, d'exhortations, et de menaces de jugement. Hélas, la Bible révèle aussi que ces avertissements sont peu écoutés et, étrangement, ce sont ceux qui théoriquement devraient en être les plus ardents défenseurs, c'est-à-dire les religieux, qui s'y opposent le plus fortement. Le même phénomène doit se reproduire de nos jours avec l'église qui se réclame de Jésus-Christ : "Tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien, et tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu" [Apocalypse 3:17], et encore : "Quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ?" [Luc 18:8].]

 

La révélation du fils de l'homme

"Des gens disent être voilés dans la Présence de Dieu, mais ils prêchent une tradition d'église, et non la Parole de Dieu : c'est un voile ecclésiastique. Moïse était le voile de la Parole vivante. Saisissez-vous cela ? Au temps du Message du septième ange, tous les mystères de Dieu seront connus par cet Elie des temps de la fin : comment le Christ, le Fils de Dieu, sera rejeté de son église, mais comment aussi il est à nouveau révélé comme Fils de l'homme, et comment l'Eglise doit être mise en ordre... Voilé dans une chair humaine... Moïse était le Christ en son temps, l'oint. Jérémie était le Christ en son temps, une partie de la Parole pour son époque. Et la Parole promise pour cet âge doit aussi être voilée. C'est pourquoi les gens ne la voient pas.

Et la même Colonne de Feu envoyée à Moïse et à Paul nous est envoyée maintenant pour révéler la Vérité. La grâce de Dieu, le Dieu qui ne varie pas, accomplit les promesses de Matthieu 28:20, "Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde", de Jean 14:2, "Celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais", et Luc 17:26 à 30, "Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'homme, ... ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement... il en sera de même le jour ou le Fils de l'homme sera révélé"'"

[Voici un extrait de la fin de la réunion du soir, le même jour :

"Ce n'est pas moi, c'est lui qui fait cela... Il est ici pour vous guérir... Cet homme ici qui prie avec sa femme à côté de lui : vous priez pour votre belle-mère, elle est loin d'ici, dans l'Ohio, elle souffre d'un problème sanguin. Que votre épouse prenne le mouchoir dans lequel elle pleure et qu'elle le pose sur elle sans douter, elle sera guérie... Cette dame au bout de la rangée ... vous venez de Milwaukee, vous avez un cancer de la poitrine, vous avez été opérée plusieurs fois sans succès. Que la foi qui a touché le bord de son vêtement croisse maintenant même. Enfouissez cela dans votre cœur, cela va se produire, ayez la foi !... Cet homme là-bas prie pour sa mère, un cancer. Vous priez aussi pour un homme qui a un problème de dos, un alcoolique, votre frère. Vous êtes fermier dans l'Illinois. Croyez ! ... Cette dame prie agenouillée près d'une personne étendue sur un brancard : elle prie pour que vous soyez touchée, vous venez de l'Illinois, de East Moline. Vous avez un cancer, vous êtes femme de pasteur. Acceptez-Le ce soir. Levez-vous et rentrez chez vous, vous êtes guérie ... Ça y est !... Louons Dieu... Je viens de recevoir une lettre d'Afrique du Sud. Ils me laissent venir si je signe un engagement de baptiser chaque personne trois fois, une fois au nom du Père, une fois au nom du Fils, une fois au nom du Saint-Esprit, et que je reconnaisse que c'est la bonne doctrine. Je leur avais offert d'y aller, là où trente mille personnes avaient accepté le Christ en une seule après-midi. J'ai répondu que le sang de ces âmes était sur eux, pas sur moi... Jésus le Fils de Dieu est chassé de l'église, la Parole est rejetée."]

["The Unveiling Of God" § 159 à 195, 302, le 14 juin 1964 au matin, "The Oddball" § 116 à 125, 140, le 14 juin 1964 au soir, à Jeffersonville, Indiana]

"Jésus a dit : "Quand le Fils de l'homme sera révélé."

Je dis ceci : le Fils de l'homme est révélé des Cieux maintenant ! "Va-t-Il venir plus tard frère Branham ?" C'est maintenant ! Et l'Esprit en vous qui vous a été donné par Dieu peut comprendre de quoi je parle ... Le Fils de l'homme est déjà venu de la Gloire se révéler durant ces dernières années à son Eglise, dans sa miséricorde, montrant sa Présence glorieuse, accomplissant les mêmes choses qu'il avait faites lors de son passage sur la terre, se révélant comme il le fit à Abraham avant la destruction de Sodome...

Et on s'est moqué de lui. Mais la prochaine fois qu'il se révèlera, ce sera dans le jugement du monde et des nations qui ont ignoré Dieu et leur jour de grâce... Et ce que le monde a fait à l'Ange du Seigneur autrefois, ils le refont pareillement, en s'en moquant...

Et tandis qu'il est encore révélé en miséricorde , hâtez-vous ! Sortez de la Babylone faite de main d'homme, des murailles théologiques de l'incrédulité et du froid formalisme. Sortez de la théologie humaine ! Sortez, et allez dans le champ de la Grâce de Dieu, et là, demandez miséricorde, car c'est le Sang de son Fils qui nous apporte la miséricorde. Quittez ce vieux monde de doute et vos superstitions, acceptez le Message de la miséricorde de Dieu et son Message de libération, fuyez jusqu'au milieu de sa grâce, et là criez : "O Jésus, Fils de Dieu, aie pitié de moi !" Car les murailles de ces doctrines d'homme vont s'écrouler et disparaître avec le monde incrédule..."

["Footprints" p. 299 d'après "Will The Church Go Through The Tribulation ?" le 9 janvier 1958 à Chicago, Illinois]

"Nous sommes témoins de "l'apparition" du Seigneur. "Apparaître" et "venir" sont deux choses différentes. Maintenant il "apparaît", il est déjà "apparu" dans ces derniers jours en plein milieu de nous. Et c'est le Signe de sa venue. Il "apparaît" dans son Eglise sous la forme du Saint-Esprit, montrant que c'est lui..."

["The End-Time Evangelism" § 50, le 3 juin 1962 à Jeffersonville, Indiana]

"Le messager "révèle" le Fils de l'homme. Il n'est pas le Fils de l'homme. Il n'est que le septième ange de l'église de Laodicée [Apocalypse 3:14], le septième ange d'Apocalypse 10:7, qui révèle publiquement le Fils de l'homme, car la balle du grain est alors enlevée et le Grain apparaît à nouveau.

Le premier "pull" c'est la guérison, le second "pull" c'est la prophétie, le troisième "pull" c'est l'ouverture de la Parole, les mystères révélés. Et c'est au ministère des prophètes qu'il appartient de révéler la Parole. Le troisième "pull" était l'ouverture des Sept Sceaux afin de révéler la Vérité cachée scellée dans la Parole...

Je ne suis qu'une voix. Ce n'est pas moi qui suis apparu près de la rivière [en 1933], ... ce n'est pas moi qui accomplis et prédis ces choses... L'ange-messager n'est pas le Fils de l'homme, il est envoyé par le Fils de l'homme qui est le Christ. Et vous vous nourrissez de la Chair-Parole infaillible du Fils de l'homme."

["The Anointed Ones At The End Time" § 260 à 262, 269, le 25 juillet 1965 à Jeffersonville, Indiana]

"Il y a un seul lieu où il est possible de rencontrer Dieu. C'est pourquoi il est aussi possible d'adorer sincèrement Dieu, mais en vain. Et être fondamentaliste ne signifie pas grand-chose, ce qui importe c'est la révélation de Dieu. Le seul lieu d'adoration, c'est l'Agneau, la Parole. Ne gardez pas de levain, n'apportez pas votre dénomination dans le Message, la dénomination n'est que la tige, maintenant desséchée, qui a porté l'épi de blé et qui sera brûlée. N'entrez pas par une porte dénominationnelle.

Dieu a mis son Nom dans son Fils. Le Nom est dans la Parole car il est la Parole. La Parole interprétée est la manifestation du Nom de Dieu.

Quand le Fils de l'homme sera manifesté, révélé, l'Eglise sera ramenée à la totale

Divinité de Dieu au milieu de son peuple, Dieu montrant les mêmes signes visibles, et se manifestant comme il le fit sur terre sous la forme du Dieu-Prophète... Un prophète est le reflet de Dieu, ... un vase choisi de Dieu qui ne peut refléter que la lumière directement venue de Dieu, l'image de Christ-Parole... C'est pourquoi le prophète doit "manger le rouleau" , refléter cette Parole pour cet âge...

Et quand le Saint-Esprit, quand la Parole authentique vient réellement en vous, la Parole-Jésus, alors le Message n'est plus un secret pour vous. Vous le connaissez, il est illuminé devant vous ! Alléluia !"

["God's Only Provided Place Of Worship" § 48, 49, 86, 174 à 176, 264 à 275, le 28 novembre 1965 à Shreveport, Louisiane]

"Croyants de la Parole, rendez-vous à mon message, écoutez-moi ! non MON message, mais SON message, qu'il déclare et confirme être la Vérité ! Il vous faut choisir. Vous ne pouvez pas rester impassible après ceci ! Vous devez faire votre choix...

L'autre jour, j'ai eu une vision de l'Eglise [voir le récit de la "vision de l'Epouse" au chapitre 17]... L'Epouse sera construite avec la même matière qu'au commencement... Et selon Malachie 4, nous devons recevoir dans les derniers jours un Message qui ramènera le cœur des enfants à leurs pères, au Message original de la Pentecôte. Nous y sommes ! Mais un reste seulement sortira de Laodicée, c'est pourquoi je crie...

Dieu a donné à l'église son dernier signe, le Message final, comme du temps de Lot et de la destruction de Sodome... Dieu est apparu à Abraham sous la forme d'un Homme, Dieu dans l'homme qui discernait le rire de Sara, qui discernait les pensées qui étaient dans l'esprit de Sara... Mais à Sodome les autres étaient aveuglés... Jésus a dit que cela aurait lieu au moment même où le Fils de l'homme se révèlerait."

["Birth Pains" le 24janvier 1965 à Phœnix, Arizona]

 

Elie, avant le jour terrible de l'Eternel

"... Jésus a promis que le Fils de l'homme, qui est la Parole, viendrait dans les derniers jours se révéler comme du temps de Sodome et Gomorrhe, quand il discernait le rire intérieur et caché de Sara... Je n'ai jamais vu cet homme, il paraît en bonne santé ... mais cette ombre est au-dessus de lui, ce qui signifie qu'il n'en a plus pour longtemps si Dieu ne lui vient pas en aide. Vous avez un cancer du poumon. Et vous vous inquiétez pour un petit enfant ... qui a des crises d'épilepsie. Il vient d'en avoir une récemment, ce matin. Croyez-vous que vous vivrez pour élever ce garçon et qu'il ira bien ?... Vous venez de Louisiane, près de Lake Charles.

Et vous madame, vous désirez un bébé, vous en avez déjà deux... Dieu bien-aimé, accorde-lui le désir de son cœur. Allez et ayez cet enfant...

Vous avez une ombre très sombre... c'est un cancer de la poitrine, vous venez de la Caroline. Dieu bien-aimé, au Nom de Jésus-Christ qui est Présent maintenant tandis que ses enfants se nourrissent du Pain de Dieu, que cette personne se réjouisse dans la foi, le

Pain de Dieu qu'il donne maintenant pour sa guérison... Croyez de tout votre cœur.

J'entends le Souffle passer au-dessus des gens, Whooooosssssh ! C'est le Pain des enfants, c'est pour vous, pour vous encourager, pour élever nos cœurs devant Dieu. Et cela se produit au moment voulu : "Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l'Eternel arrive, ce jour grand et redoutable" [Malachie 4:5].

Vous souffrez d'un mal féminin. De plus, vous êtes nerveuse, et il y a des complications diverses. Et vous désirez recevoir le Saint-Esprit. Croyez-vous que si je vous impose les mains et le demande à Dieu, l'Esprit-Saint viendra ? Dieu bien-aimé, je lui impose les mains, et je te prie qu'elle reçoive le baptême du Saint-Esprit. Ne doutez pas. Il vous appartient, c'est le Pain des enfants. Croyez-vous aussi que vous allez être guérie ?...

Vous là-bas, imposez les mains à la dame assise à côté de vous, dites-lui que ses varices et son arthrite la quitteront dès qu'elle croira...

Votre mal de dos a disparu... Vous monsieur, je ne vous connais pas, vous vous appelez Leo Neff, vous avez un problème cardiaque, et votre petite fille est malade des reins... Votre foi vous guérit."

["Spiritual Food In Due Season" § 171 et s., le 18 juillet 1965 à Jeffersonville, Indiana]

 

Le piège de Chicago (janvier 1950)

William Branham avait été invité à une réunion de 350 pasteurs à Chicago. Mais trois jours auparavant, il avait été prévenu par le Seigneur : "Ils vont te tendre un piège sur l'enseignement que tu donnes de ma Parole... Mr. Carlson et Tommy Hicks vont venir à ta rencontre demain matin pour aller déjeuner, et tu diras à Tommy de rester... Dis-leur que la réunion n'aura pas lieu à l'endroit qu'ils avaient prévu, mais ailleurs. Ne crains rien, Je serai avec toi".

Le lendemain effectivement Mr. Hank Carlson, responsable des Hommes d'Affaires du Plein Evangile, et Tommy Hicks vinrent le trouver. Au restaurant, William Branham, prenant prétexte de son manque d'instruction, proposa à Tommy Hicks, docteur en théologie et célèbre prédicateur, que ce dernier prenne la parole à sa place. Mais Tommy Hicks refusa énergiquement : "Ce n'est pas possible." Et Mr. Carlson appuya son refus, mais les deux hommes semblaient gênés.

Alors William Branham leur dévoila la raison de leur refus : "Savez-vous pourquoi ? Vous savez bien pourquoi, mais vous ne voulez pas me le dire ! C'est parce qu'ils m'ont tendu un piège. Frère Carlson, vous avez loué une salle d'hôtel où nous avons déjà eu un banquet, mais cette fois-ci vous ne l'aurez pas."

"Si."

"Vous ne l'aurez pas cette fois-ci." "Mais nous avons déjà versé des arrhes."

"Cette rencontre n'aura quand même pas lieu là. C'est une salle verte, or la salle où nous irons sera de couleur brune. Je serai au fond de l'estrade dans un coin. Le docteur Needle sera assis à droite, etc... Un homme de couleur et sa femme, celle qui doit chanter, seront présents. Un prêtre bouddhiste habillé de telle manière, sera assis à mon extrême droite. Et l'Association Pastorale de l'agglomération de Chicago va me jeter un défi au sujet du baptême au Nom de Jésus-Christ, et du parler en langues que je refuse de considérer comme preuve de la réception du Saint-Esprit, et de la "semence du serpent" et de ma prédication de la grâce."

Tommy Hicks s'écria : "Que Dieu me vienne en aide, je crois que je n'irai pas."

"Si, tu viendras !"

Le lendemain, l'hôtel annulait la réservation et rendait les arrhes versés, la salle ayant déjà été réservée pour un orchestre. La réunion se déroula dans une autre salle, et tout se présenta comme prédit par William Branham. Après que les participants se furent présentés en énumérant leurs titres de théologiens, Hanks Carlson donna la parole à William Branham en relatant cette prophétie si bien confirmée. William Branham après avoir lu : "Je n'ai pas résisté à la vision céleste" [Actes 26:19], demanda au groupe de pasteurs : "Je suis ici tout seul avec à peine mon certificat d'études primaires, et vous voulez m'interroger au sujet du baptême au Nom de Jésus... Que l'un de vous vienne avec sa Bible près de moi pour discuter d'un sujet quelconque que j'ai enseigné. Venez, et prouvez-moi par la Parole de Dieu que c'est faux !" Mais personne n'osa s'avancer !

"Qu'est-ce qui vous arrive ? Laissez-moi tranquille si vous avez peur de venir ici vers moi dire les choses en face !" William Branham commentera ainsi cette dérobade publique : "Ce n'est pas de moi qu'ils avaient peur, ils avaient peur de cet Ange Tout-Puissant, et ils savaient que s'il avait pu me prédire ce qui allait se passer et qui viendrait ... ils savaient aussi qu'il valait mieux rester tranquille !..."

[Il faut reconnaître que, après la mort de William Branham, la même crainte n'habite pas ceux qui aujourd'hui publient des pamphlets où ils attaquent, citations bibliques à l'appui, son enseignement !]

Après la réunion, plusieurs des pasteurs présents vinrent serrer la main de William Branham en lui promettant de venir le voir pour se faire rebaptiser. Mais plus tard ils se rétractèrent : "Je ne peux pas, mon église ne me le permet pas."

["Sirs, Is This The Time" § 244 à 259 le 30 décembre 1962, "Is Your Life Worthy Of The Gospel" § 232 à 237, "The Third Seal" le 20 mars 1963, à Jeffersonville, Indiana, "Evening Messenger" le 16 janvier 1963 à Mesa, Arizona, §175-185]

 

Jugements annoncés sur la côte Ouest (mars 1964)

Un jour de mars 1964, William Branham chassait le sanglier dans la Coronado Forest, au Mont Sunset, à huit cents mètres de l'endroit où il avait précédemment rencontré le groupe des sept Anges, à une soixantaine de kilomètres de Tucson. Il revenait vers le campement en compagnie de Banks Wood lorsque le Seigneur lui dit : "Prends ce caillou et jette-le en l'air, et dis-lui : AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu verras la Gloire de Dieu dans les heures prochaines" . William Branham s'exécuta, et un petit tourbillon accompagna le jet de la pierre : "Frère Wood, avant peu tu vas voir quelque chose se passer."

Le jour suivant, alors que le groupe s'occupait à plier le campement, un jeune pasteur, Douglas Mc Hughes, qui portait des lunettes de soleil, s'approcha : "Frère Branham, recevez-vous des visions et l'Ange du Seigneur vous apparaît-il quand vous êtes à la chasse ?"

"Oui, mais je suis venu ici pour être à l'écart de ces choses et me reposer un peu." "Oh, je ne voulais pas vous importuner !" "Vous ne m'importunez pas."

Mais alors William Branham reçut une vision : un docteur examinait les yeux de ce jeune pasteur et lui disait : "Vous allez perdre cet œil, à cause d'une allergie. La maladie ronge peu à peu la rétine. Je vous soigne depuis deux ans, mais vous allez le perdre." William Branham se retourna alors :

"Vous m'avez posé cette question parce que le docteur vous a dit l'autre jour que vous alliez perdre votre œil. C'est pourquoi vous portez des lunettes noires, ce n'est pas à cause du soleil." Et alors William Branham, par une seconde vision, vit que la mère de cet homme avait des sortes de tumeurs accrochées entre les orteils et autour des pieds, et disait à son fils : "Si tu rencontres le frère Branham, demande-lui de prier pour ceci." Wiliam Branham raconta cette vision au jeune homme, puis il reçut une troisième vision. Il voyait ce jeune pasteur le regarder avec les deux yeux brillants, sans lunettes de soleil.

"AINSI DIT LE SEIGNEUR, Dieu a guéri votre œil, et il guérit aussi votre mère."

[Effectivement, quand William Branham le rencontra à l'automne suivant, son œil était parfaitement guéri.]

Ensuite William Branham continua de s'occuper des affaires du camp. Il jetait des pelletées sur un feu pour l'éteindre, et Roy Roberson était près de lui. Soudain, le Seigneur l'avertit : "Le jugement va frapper la Côte Ouest. Va près de ce foyer". C'était un matin calme vers dix heures, le ciel était clair, et une dizaine de personnes s'affairaient dans le campement pour démonter les tentes et dépecer les animaux abattus.

Il n'eut que le temps de prévenir Roy Roberson avant d'aller lui-même au pied d'une falaise proche, car il savait ce qui allait se passer, et où il devait se tenir : "Cache-toi vite Roy ! Quelque chose va se produire." Un tourbillon descendit du ciel, frappa et secoua l'intérieur de la montagne. Le souffle frappa une bande de falaise juste à un mètre et demi au-dessus de sa tête, et des pierres, de la grosseur du poing, furent projetées à une centaine de mètres. Le souffle décapita le sommet des arbres. Tandis que les hommes couraient se mettre à l'abri, le tourbillon remonta puis redescendit, frappa à nouveau la montagne en projetant les pierres. Le tourbillon descendit ainsi trois fois, puis il remonta et disparut vers le Nord-Ouest. Wiliam Branham se tenait immobile, le chapeau à la main, et une Voix lui parla. Le calme revenu, Banks Wood s'approcha : "S'agit-il de ce que vous aviez annoncé hier ?" "Oui, c'est exactement cela ! C'était Lui. Dieu a parlé à Job dans un tourbillon." "Que vousa-t-ildit ?"

"Je dois être le seul à le savoir, sinon cela affolerait les gens ... C'était un signe annonçant un jugement. Dans peu de jours, un grand tremblement de terre va secouer toute la côte Ouest. Et ce ne sera pas fini. Un de ces jours, la Californie, Los Angeles, va glisser dans l'océan. Nous vivons à l'heure de la venue du Seigneur... Mais personne ne peut dire quand il viendra."

Deux jours plus tard [28 mars 1964], la côte Ouest de l'Alaska, dans la région de Fairbanks, était secouée par un terrible tremblement de terre.

Curieusement, toutes les pierres projetées avaient une forme triangulaire.

["Les Actes du Prophète" de Pearry Green, chapitre 12. "A Man Running From The Presence Of The Lord" § 82 à 91, le 17 février 1965 à Jeffersonville, Indiana ; "ChoosingA Bride"p. 187 et 188, le 29 avril 1965 à Los Angeles, Californie ; "The Unveiling Of God" § 36 à 46, le 14 juin 1964 ; "Spiritual Food In Due Season" § 105 à 120, le 18 juillet 1965 ; "What Is The Attraction On The Mountain ?" § 145, 146 le 25 juillet 1965, à Jeffersonville, Indiana ; "Faith Is Works Expressed" § 38 à 60, le 26 novembre 1965 à Shreveport, Louisiane]

[Le tremblement de terre de 1964 en Alaska fut l'un des plus terribles enregistrés par les sismographes. Heureusement, il frappa une zone de faible densité humaine, ce qui explique peut-être pourquoi les journaux européens n'en parlèrent pas beaucoup. Néanmoins, deux cents personnes périrent à Anchorage. A Valdez, une tranche de terre de mille mètres sur deux cents mètres environ disparut dans les eaux. Le fond de l'océan s'éleva de quinze mètres. Il s'ensuivit une vague qui balaya tout le Pacifique : aux îles Hawaï, à près de 4 500 kilomètres de l'épicentre, l'océan se souleva de plus de trois mètres. L'onde de choc, d'une vitesse supérieure à six cents kilomètres à l'heure, fut sensible jusque sur la côte atlantique des Etats-Unis.]

 

Jugement annoncé sur Los Angeles

[A plusieurs reprises, William Branham a prophétisé qu'une catastrophe majeure frapperait la Californie, et plus particulièrement Los Angeles. Tout le monde s'attend en effet aujourd'hui à un terrible tremblement de terre sur cette région, autour d'un réseau de failles nombreuses, les unes verticales, les autres horizontales, mais les prévisions les plus pessimistes n'ont rien à voir avec le phénomène prédit par William Branham, dont les effets dépasseront, et de beaucoup, ceux d'un tremblement de terre aussi violent soit-il.]

"Vous ne savez pas quand cette ville va se retrouver un jour au fond de l'océan. Jésus a dit : "Et toi Capernaum, seras-tu élevée jusqu'au ciel ? Non. Tu seras abaissée jusqu'au séjour des morts; car si les miracles qui ont été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome, elle subsisterait encore aujourd'hui" [Matthieu 11:23]. Et Sodome et Gomorrhe gisent au fond de la mer.

Toi qui prétends être la ville des anges, Los Angeles, toi qui t'es élevée jusqu'au ciel, et as inondé le monde de toutes sortes de souillures... , avec tes belles églises souviens-toi, un jour tu reposeras au fond de cet océan. Juste sous toi, c'est comme un rayon de ruche. La colère de Dieu gronde sous toi. Combien de temps ce banc de sable suspendu au-dessus de cela va-t-il encore tenir ? Et l'océan se glissera jusqu'à la mer Salton, sur une profondeur d'un mile [1,6 kilomètre]. Ce sera pire qu'aux jours de Pompéi. Repens-toi Los Angeles ! Repentez-vous, et tournez-vous vers Dieu ! L'heure de sa colère est sur la terre. Fuyez tant qu'il en est temps, et venez en Christ !...

J'ai hésité à dire ces choses. Mais c'est dit, et cela sera un témoignage au jour du jugement que j'ai dit la Vérité. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR DIEU. Oh, église de Pentecôte, sauve-toi ! Enfuis-toi vers les cornes de l'autel, et crie avant qu'il ne soit trop tard, car l'heure vient où il ne servira à rien de crier, et Esau a voulu retrouver son droit d'aînesse, et il n'a pas pu le retrouver."

["Choosing A Bride" le 29 avril 1965 à Los Angeles, Californie]

"Croyez-vous que les dénominations vont se détruire elles-mêmes et revenir à la Parole ? AINSI DIT LE SEIGNEUR, elles ne le feront pas. Vont-elles aller dans l'antichrist ? AINSI DIT LE SEIGNEUR, elles le feront... Et vous à Los Angeles, chaque année quand je reviens, il y a toujours plus de femmes aux cheveux courts, d'hommes efféminés, de prédicateurs engagés dans les organisations. Vous êtes sans excuse !... Los Angeles ira directement au fond de l'océan, je ne sais pas quand, mais cela se produira."

["The Anointed Ones At The End Time" § 125 à 127 le 25 juillet 1965 à Jeffersonville, Indiana]

"Un immense bloc de quinze cents miles [2 400 kilomètres] de long et de trois ou quatre cents miles [480 à 640 kilomètres] de large va sombrer à quarante miles [60 kilomètres] au pied de cette grande faille, et l'onde de choc atteindra le Kentucky. Et quand cela arrivera, le monde sera si fortement secoué, que tout ce qui est à la surface sera ébranlé."

["A Thinking Man's Filter" § 145, le 22 août 1965 à Jeffersonville, Indiana]

"J'ai prêché un message qui s'adressait à la Californie. J'avais su que quelque chose allait arriver en descendant dans la rue...

Observez bien ce qui va se passer : l'eau montera jusqu'au lac Salton. Los Angeles est prête pour le jugement. Je vous le dis avant que ces choses arrivent, afin que vous le sachiez, lorsque cela arrivera. Je ne dis pas cela de moi-même. Et lorsqu'il m'a dit quelque chose, cela s'est toujours produit... Quand cela arrivera-t-il ? Je n'en sais rien... Le même Dieu qui a englouti Sodome dans la mer à cause de ses péchés, le même Dieu qui a englouti Capernaum dans la mer à cause de ses péchés, ce même Dieu engloutira Los Angeles dans la mer à cause de ses péchés, car c'est la cité de la corruption."

["Faith Is Works Expressed" § 60 à 64, le 26 novembre 1965 à Shreveport, Louisiane]

Florence Shakarian, la sœur de Demos Shakarian, président des Hommes d'Affaires du Plein Evangile, était atteinte d'un cancer, et son frère Demos avait demandé à William Branham de prier pour elle. En avril 1965, William Branham vint tenir une série de réunions à Los Angeles. Et là, il prévint Demos que le Seigneur allait rappeler très bientôt Florence à lui. Puis il alla prévenir Florence elle-même : "J'ai vu un cercueil et votre père à côté, vous allez bientôt partir."

C'est le 29 avril 1965 au soir que William Branham prêcha à Los Angeles sur le thème : "Le choix d'une Epouse" ["Choosing Of A Bride"], et qu'il prophétisa l'effondrement de la ville dans l'Océan. A la fin de cette réunion, Florence se leva et chanta, d'abord un cantique connu, puis sous l'inspiration de l'Esprit. Et l'Onction fut sensible sur tout l'auditoire. A cet instant, un chrétien se leva et prophétisa : "Ma fille, Ainsi dit le Seigneur, Dieu t'a entendue ce matin et t'a guérie, tu ne mourras pas !" Et les gens se sont mis à louer le Seigneur. Billy Paul, le fils de William Branham, était perturbé par cette prophétie qui semblait contredire celle énoncée par son père. Après la réunion, Billy Paul alla donc voir ce dernier qui lui répondit :

"J'ai dit ce que le Seigneur m'a dit de dire. Où sommes-nous en ce moment ?"

"En Californie."

"Sois encore plus précis."

"A Los Angeles."

"Sois encore plus précis."

"Au centre ville, ... devant la May Company."

"Le même Dieu qui m'a dit que Florence allait mourir m'a dit de te dire, et il se peut que je n'y sois plus, que tu ne seras pas un vieil homme avant que les requins ne nagent où tu te tiens aujourd'hui."

Le 11 septembre 1965, William Branham fut informé que Florence venait de mourir à 3 h 45 du matin : "L'Ange du Seigneur m'avait dit qu'elle mourrait entre 3 et 4 heures du matin."

[D'après "Témoignage de Billy Paul Branham", enregistrement]

Note : Il semblerait, selon certains rapports de l'U.S. Navy, que la Californie tout entière s'avance comme une étagère au-dessus des eaux. Elle ne s'appuierait ainsi que sur des piliers sous-marins ["The Contender", mensuel, numéro d'octobre 1970, p. 4]. Un tel rapport confirmerait de façon dramatique la prophétie de William Branham : "Vous êtes au-dessus d'un rayon de ruche." Cela confirmerait, par ailleurs, que la catastrophe annoncée ne sera pas un simple tremblement de terre, mais quelque chose d'infiniment plus grave, et pas seulement pour la Californie. Le tremblement de terre de l'automne 1987 ne serait donc qu'un petit avertissement supplémentaire.

 

La prédication aux perdus

[En 1923, William Branham avait reçu accidentellement une décharge de fusil de chasse dans les jambes. Sur son lit d'hôpital, après l'opération, il avait eu une vision de la région des perdus. Dans ce lieu horrible, il avait vu geindre des femmes outrageusement maquillées [Voir le récit de "l'accident de chasse" au chapitre 2]. Or en automne 1963, alors que William Branham accompagnait sa femme dans une grande surface de Tucson, il reconnut au milieu de la foule l'une des femmes qu'il avait vues lors de la vision des lieux inférieurs, et le choc fut si rude qu'il crut défaillir un instant.]

"J'ai regardé et j'ai pensé : "C'est ce que j'ai vu en enfer." Et il y avait là toutes ces femmes maquillées, couvertes de la même couleur bleu-verdâtre, telles que je les avais vues en vision quarante ans auparavant !

Ma femme me rejoignit :

"Es-tu malade ?"

Et je suis sorti.

"Qu'est-ce qui se passe ?"

"Méda, il vient de se passer quelque chose." Et encore sous cette impression, je me suis dit : "Dans quel temps vivons-nous ? Serait-ce le troisième Pull ?"

Jésus aussi, après avoir prêché à ceux qui avaient la possibilité d'être sauvés, a prêché aux âmes qui étaient en enfer et qui ne pouvaient pas être pardonnées, aux esprits en prison [1 Pierre 3:19]. Elles sont en prison en attente, car le jugement n'a pas encore eu lieu devant le Trône [2 Pierre 2:4]... Quand la grâce leur fut offerte, elles la rejetèrent et maintenant elles attendent le jugement."

"Quand la pression viendra, quand vous serez expulsé de cette union des églises, observez alors le troisième "pull", il sera adressé à ceux qui sont complètement perdus, mais il sera en faveur de l'Epouse, pour l'Eglise. Nous en sommes plus près que nous le croyons... "

"Un jour viendra où l'Esprit de Dieu ne sera plus sur terre. L'Eglise restera et prêchera juste un peu car la Parole doit être prêchée aux éternellement perdus, comme cela s'est produit avec chaque ministère au travers des âges passés. La dernière partie de chaque ministère, c'est de prêcher aux éternellement perdus. Et il doit y avoir aujourd'hui un ministère qui prêchera aux éternellement perdus après qu'ils aient refusé de recevoir la Parole."

["Souls That Are Imprisoned Now" § 64 à 88, 89 à 100, 101 et s., le 10 novembre 1963 ; "Look Away To Jesus" p. 7, le 29 décembre 1963, à Jeffersonville, Indiana ; "Footprints" p. 479 d'après "World Falling Apart" le 27 novembre 1963 à Shreveport, Louisiane]

 

J'accuse cette génération (7 juillet 1963)

Le 7 juillet 1963, William Branham prêcha à Jeffersonville un message dramatique, intitulé "L'accusation" ou "J'accuse cette génération" . Selon les Ecritures, il n'appartient pas aux chrétiens d'être accusateurs. Mais, toujours selon les Ecritures,

Dieu, au travers des ministères d'apôtres et de prophètes, peut accuser un peuple soi-disant religieux d'adultère spirituel. Dans ce cas, il s'agit d'un ultime avertissement de la grâce du Dieu de miséricorde avant les jugements. Lorsque Dieu en arrive à cette extrémité avec un individu ou un groupe d'individus, c'est que la situation est devenue très grave et que la patience Divine a été trop longtemps bafouée.

Cette prédication est résumée par William Branham lui-même ainsi : "J'accuse les églises dénominationnelles du temps présent, et aussi de nombreuses communautés indépendantes de crucifier Jésus-Christ à nouveau de nos jours... J'accuse cette génération d'avoir crucifié Jésus-Christ une deuxième fois !"

Il n'est pas possible en ces pages de présenter l'argumentation de cette prédication. En voici encore un extrait :

"Je les accuse, parce que Dieu, s'étant lui-même clairement identifié dans sa Parole en ces derniers jours, et s'étant fait lui-même reconnaître comme étant celui qui est toujours le même, hier, aujourd'hui et éternellement, ils l'ont froidement rejeté. Ainsi vous êtes coupables de la crucifixion de Jésus-Christ, en ce que vous blasphémez le Saint-Esprit..."

Et encore :

"Vous êtes coupables du même crime que ceux qui l'ont crucifié. Repentez-vous et revenez à Dieu, ou vous périrez... Qui est pour le Seigneur ? Qu'il vienne se réfugier sous la Parole !"

["The Indictment", le 7 juillet 1963 à Jeffersonville, Indiana]

 

La femme présomptueuse

"A mes débuts de prédicateur, ma mère eut un songe. Elle me vit debout près de trois marches, en train de prêcher à tous ceux qui passaient par là, leur disant qu'ils devaient monter ces trois marches, avant de pouvoir atteindre une grande route. Et sur cette grande route, il y avait une ligne d'un blanc de perle, qui allait jusqu'aux portes du Ciel, jusqu'aux Portes de perle [Apocalypse 21:21]. Cette ligne de couleur perle allait jusqu'au sommet des trois marches. N'est-ce pas exactement mon Message d'aujourd'hui : la Justification, la Sanctification, le Baptême du Saint-Esprit ? Et ma mère vit une dame s'approcher, avec des hauts talons aiguilles. Je lui ai dit : "Attendez un instant ma sœur. Vous ne pouvez pas marcher sur la grande route avec ces souliers ! C'est impossible !"

"Ah non vraiment ?" Et elle se retourna vers d'autres femmes : "Ne le croyez pas, c'est un fou ! Ne le croyez pas ! Je vais vous montrer que je puis être justifiée, sanctifiée et remplie du Saint-Esprit et marcher avec ces souliers malgré tout."

Je l'ai laissée passer. Je ne pouvais rien faire pour l'en empêcher. Et elle sauta sur la grande route : "Vous voyez, je vous l'avais bien dit !" Et elle se mit à avancer sur la route... Elle se mit à courir, le cou tendu et le regard effronté [Esaïe 3:16], mais peu à peu la route s'est rétrécie. Et sa démarche arrogante la fit trébucher : elle perdit l'équilibre et tomba hors de la route. Et ma mère a dit : "Je n'ai jamais entendu des cris aussi horribles que ceux de cette femme, tandis qu'elle tombait toujours plus bas dans ces flammes et cette fumée."

[Pour la compréhension de cette vision, il est peut-être utile de rappeler que dans les Ecritures, la femme représente souvent l'église ou le peuple qui se réclame à tort ou à raison de Dieu.]

["It Is The Rising Of The Sun" le 18 avril 1965 à Jeffersonville, Indiana]

 

Attention ! Attention ! Attention !

[Cette autre vision du frère Raymond Jackson, non mentionnée par William Branham, nous paraît digne d'être rapportée. William Branham considérait que R. Jackson recevait d'authentiques songes spirituels]

Le 21 novembre 1955, vers deux heures du matin, R. Jackson fut réveillé par la pluie. Il n'arrivait pas à se rendormir, et il lui sembla qu'il avait un songe. Mais une Voix lui dit à deux reprises : "Ceci n'est pas un rêve, mais une vision". La Voix semblait résonner comme dans une grande salle. Un étrange sentiment envahit R. Jackson, et il se vit assis dans un fauteuil de son salon. Sur le mur en face de lui, il vit alors une lumière croître et atteindre la taille d'un écran de cinéma. Une carte du monde se dessina dans cette lumière. Au centre de la carte, une grande portion explosa et devint rouge. Et sur cette portion qui venait d'exploser, le mot : "ATTENTION" s'inscrivit et cela se mit à clignoter : ATTENTION ! ATTENTION ! ATTENTION ! Puis la carte disparut peu à peu tout en continuant de faire clignoter la mise en garde, donnant l'impression que le monde recevait son dernier avertissement.

Puis la lumière brillante apparut de nouveau sur le mur, accompagnée d'un bruit de feuille de papier, et un grand livre apparut dans la lumière. Deux grandes mains se mirent à tourner les pages du livre.

La première page montrait une grande ville, qui avait sauté en morceaux et il ne restait que des ruines.

La page suivante montrait une grande foule de gens aux visages tristes, effrayés et horrifiés, allant dans toutes les directions, ce qui donnait une impression de confusion généralisée.

Une autre page montrait une grande ville. Tous les bâtiments étaient intacts, mais l'obscurité recouvrait la ville, et il semblait qu'il n'y avait plus aucune vie [Il faut rappeler que ce n'est que dans les années 70 que la bombe à neutrons est devenue familière au public].

Une autre page montrait beaucoup de personnes étendues à terre, laissant l'impression que la mort était partout.

Puis les deux mains et le livre s'estompèrent, mais R. Jackson entendit encore le bruit de pages tournées, comme s'il y avait encore d'autres choses à venir.

["The Contender", journal de la Faith Assembly Church, Jeffersonville, p. 4, numéro de juillet 1977]

Que Dieu vous bénisse richement !