CHAPITRE QUATRE: LA SEMENCE DU SERPENT

par Pasteur Pierre ESSOH Yao


2 Cor 11/1-3 : « Oh ! Si vous pouviez supporter de ma part un peu de folie ! Mais oui, supportez-moi ! Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un Seul Epoux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure. Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. »
Apo 12/9 « Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. »

« Il faut que la confrontation de la contradiction aille jusqu’à son terme. Derrière cela, se tient l’Immuable et Absolue Vérité de la Parole du Dieu Vivant. » William Marrion Branham.
La Parole du Seigneur est un tout dans lequel il n’y a pas de contradiction. Dans le livre de la Genèse, la Bible nous présente le péché originel qui a plongé toute l’humanité dans la douleur et la mort. Quel est l’acte posé dans le jardin d’Eden par nos premiers parents et qui a plongé l’humanité dans la mort et la douleur ?
S’agit-il d’un fruit mangé par nos premiers parents ? Si oui, le fait de manger ce fruit est toujours condamnable et la Bible doit nous mettre en garde contre ce fruit qui demeure toujours un péché !

En outre, que sont devenus les arbres au milieu du jardin ? Si ces arbres, en particulier l’arbre de la connaissance du bien et du mal sont des arbres physiques, - comme le prétendent Toh Glacia et les siens - ne devons-nous pas en faire attention aujourd’hui ?
Autant de questions qui ne trouvent toujours pas leurs réponses quand bien même on veuille s’en débarrasser en simulant une pomme, un abricot ou tout autre fruit végétal, qui somme toute, faisaient déjà partie de l’alimentation primaire de l’Homme, à lui accordée par Dieu !
« L’Eternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement. » Ge. 2/16-17

"La semence du serpent" selon Genèse 3/15, est un enseignement apporté pour la première fois dans son assemblée, par frère Branham le 28/09/1958. Ceci provoqua un tollé général dans le milieu chrétien pour son caractère inédit car il venait là de lever le voile sur le péché originel.  Jamais on n’avait su jusqu’à ce jour-là que, "le fruit défendu" qu’Adam et Eve avaient mangé n’était rien d’autre que le péché du sexe !
« Maintenant, là-dessus, je n’ai pas encore trouvé de prédicateur qui soit d’accord avec moi jusqu’à maintenant. Ils essaient de dire que ça s’est passé autrement, mais n’empêche que pour moi, ça ne tient pas debout. Ils essaient de dire qu’Adam et Eve auraient mangé des pommes. Frères… je ne dis pas ça pour plaisanter, mais je veux le dire... En effet, si manger des pommes fait prendre conscience aux femmes qu’elles sont nues, on ferait mieux de passer les pommes de nouveau. Et vous savez que c’est vrai ! Vous savez bien que manger une pomme ce n’est pas ça qu’ils ont fait, qui leur a fait prendre conscience de leur nudité ! Certainement pas ! Il a fallu que ce soit sexuel forcément, parce que c’est par là qu’ils se sont rendus compte qu’ils étaient nus, quand ils ont pris de ce "fruit" défendu.
La femme n’est-elle pas un arbre fruitier ?
N’êtes-vous pas "le fruit de votre mère" ?
C’était ça le fruit qu’il était défendu de prendre. » W.M.B dans la prédication sur la semence du serpent le 28/09/1958 à Jeffersonville, Indiana.

Tout ce parcours devrait amener le lecteur sincère, soucieux de la vérité, à reconnaître ce que c’est que le péché originel. Jugez en vous-même : Enfante-t-on des enfants par la dégustation d’une pomme ? Pourquoi n’est-il pas écrit : « tu mangeras tes aliments avec douleur ? », Sentence qui logiquement devrait frapper la bouche d’Eve, puisque c’est d’elle qu’il s’agit ; Puis toute la gent féminine par la suite ! Qu’est ce qui s’est donc réellement passé ?

Interrogeons l’Ecriture.

Le Serpent ancien

Dans Ge.3/1 apparaît le serpent, ou encore le "serpent ancien" d’Apocalypse 12/9, appelé aussi le diable et Satan. Notez bien que la Bible anglaise version roi Jacques établit la différence entre le "serpent ancien" et le "serpent reptile" qui provient de la mutation biologique survenue sur le "serpent ancien" après la malédiction divine de Ge.3/14. L’un est appelé "the serpent" (le serpent) et l’autre "the snake" (le serpent - reptile) selon cette version.
Depuis longtemps, les chronologistes et les scientifiques essaient de trouver le chaînon manquant depuis 6000 ans entre l’homme et le chimpanzé ou entre l’homme et le règne animal. La Bible dit que cet être était le plus rusé de tous les animaux des champs que l’Eternel Dieu avait faits selon Ge 3/1. Or, le mot "rusé" signifie astucieux, ou intelligent pour tromper. L’appellation en hébreux "mahah" veut dire : "qui possède une véritable connaissance des principes de la vie".

En plus, il avait l’usage de la parole : « Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » Ge.3/1b 
Or seul l’homme parle car doté de l’intelligence ! Ceci dénote de réelles facultés et aptitudes intellectuelles et même biologiques semblables à celles de l’homme chez cet être singulier !

Ecoutons la bouleversante découverte des scientifiques parue dans le journal "le Monde" publié le 21 Avril 2006, qui conforte et confirme aussi l’Enseignement prophétique donné par William Marrion Branham : 

UN NOUVEAU FOSSILE A L’ORIGINE DES SERPENTS
Publié le 21 avril 2006 dans le journal "le Monde"

« Un récent fossile, découvert dans la région de Rio Negro (Argentine) par deux paléontologues sud-américains, vient faire pencher la balance en faveur d’une origine terrestre des serpents. L’ancêtre du serpent était un animal fouisseur doté de solides pattes postérieures .Cette conclusion est tirée par les deux scientifiques sud américains après l’analyse du squelette quasi complet d’un serpent vieux de plus de 65 millions d’années, trouvé en Patagonie. Son nom : "Najash rio-négrina", inspiré du nom hébreu du serpent biblique, Najash, et de celui du lieu de la découverte, la province de Rio Negro. » Encore une fois, le Dieu des prophètes vient de confirmer la parole de son envoyé !

Le serpent ancien était en quelque sorte "l’homme sauvage ou l’homme des champs", plus évolué que le chimpanzé. C’est le chaînon manquant qui avait disparu entre le règne animal et l’homme ; car Dieu avait créé les espèces animales de manière évolutive contrairement à la théorie de Darwin. "L’homme créé à l’Image de Dieu" ne provient nullement de l’animal ni d’aucune autre espèce. Le Mystère sur lequel est maintenant jetée la Lumière de la Révélation selon Apocalypse 10/7 qui dit : « qu’aux jours de la Voix du septième ange-messager, quand il sonnerait de la trompette c’est-à-dire annoncerait l’Evangile, le Mystère de Dieu selon Col 2/3 qui regroupe tous les mystères contenus dans la Parole, serait révélé comme Il l’a annoncé à ses serviteurs les prophètes»; Le mystère ici, dis-je, C’EST L’IMMIXTION DE LA RACE ANIMALE DANS L’ESPECE HUMAINE PAR LE SEXE. La capacité génétique du " serpent ancien" étant très proche de celle de l’homme (46 chromosomes), il pouvait féconder par sa semence la femme. Et c’est ce qui arriva!

W.M.B. : Exposé des 7 âges de l’Eglise ; P.99

« C’était un animal vertical, et il était quelque part entre le chimpanzé et l’homme, mais plus proche de l’homme. Il était si proche de l’homme que sa semence pouvait se croiser, et s’est croisée avec celle de la femme, ce qui l’a fit concevoir (Caïn). Quand ceci s’est passé, Dieu a maudit le "serpent ancien". Il a changé chaque os du corps du "serpent ancien" pour l’obliger à ramper comme les serpents que nous voyons aujourd’hui (Ge 3/14). [Cette espèce disparut de toute la planète car Dieu le fit prendre la forme du membre dont il se servit pour séduire et faire tomber Eve dans l’interdit : En effet, le serpent n’est autre que le symbole du phallus. C’est la vérité toute crue ! ndrl]. Les scientifiques peuvent essayer tant qu’ils veulent, ils ne trouveront pas le chaînon manquant. … Ils essaient de l’expliquer par l’évolution. Il n’y a pas d’évolution !… C’est là un des mystères de Dieu qui étaient restés cachés, mais le voici révélé ! »

Pourquoi en est-on arrivé là ?

C’est parce que deux modes différents de reproduction s’offraient à l’Homme afin de multiplier, de remplir et d’assujettir la terre selon le commandement laissé par Dieu dans Genèse 1/28.

Les deux voies de reproduction

- L’une était la voie donnée par Dieu aux animaux par laquelle ils devaient se multiplier et remplir toute la terre (Ge. 1/22-24 : « Dieu les bénit, en disant : Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers ; et que les oiseaux multiplient sur la terre… Dieu dit : Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. ») Cette voie de reproduction animale est la voie du sexe. Mais l’homme créé à l’image de Dieu, quoique doté de sexe dans ce vase de poussière, devrait se garder d’en user, et se multiplier par une voie autre que par le désir sexuel. Ce fut là l’épreuve à laquelle Dieu le soumit !Notons par ailleurs que cette voie de reproduction animale est représentée par l’arbre de la connaissance du bien et du mal qui est le personnage emblématique de Satan, vecteur du mal. Ne pouvant pas créer, car étant lui-même un esprit créé, il usa du suppôt animal le plus proche de l’homme c’est-à-dire le serpent ancien afin de séduire et de faire tomber Eve dans cette voie qui lui fut proscrite. Ez. 28/12-13 : « … (Lucifer) parfait en beauté, tu étais en Eden, le jardin de Dieu… » Cette Ecriture nous montre la présence de l’ennemi des gens de bien ; l’antagoniste ou l’adversaire de Christ, il se présente comme un ange de lumière aiguisant la convoitise d’Eve comme il a toujours procédé. Celui qui séduit toute la terre (Apo 12/9)
Il investit un corps animal (le cas des pourceaux de Gadara dans Matt 8/30-32).
Il investit aussi un être humain ayant les mêmes prédispositions à se laisser posséder par l’esprit impur (le cas de Judas Iscariot qui livra le Seigneur Jésus dans Jean 13/27).

- Par contre, l’autre Voie, celle qui fut divinement accordée à l’Homme, symbolisée par l’Arbre de Vie qui est la présence de "Christ" dans sa Théophanie au milieu du jardin d’Eden (Ge. 2/9 ; Apo 22/2), est la Voie originelle par excellence, par laquelle les fils et les filles de Dieu peupleraient la terre afin de l’assujettir. C’est le mode de reproduction par la Parole de la multiplication. Elle est la Semence Incorruptible et permanente de Dieu par laquelle tout ce qui existait auparavant a été créé (1 Pie 1/23 ; Col 1/16). En Elle était la Vie et la Vie était la Lumière des hommes (Jean 1/1-4).

Ecoutons l’évangéliste Jean nous résumer ici les deux modes de reproduction, l’un aboutissant à la mort ; et l’autre à une Vie de Plénitude en Dieu : « Elle (la Semence - Parole) était dans le monde, et le monde a été fait par Elle, et le monde ne L’a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne L’ont point reçue. Mais, à tous ceux qui L’ont reçue, à ceux qui croient en son Nom, Elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang (sexe), ni de la volonté de la chair (convoitise), ni de la volonté de l’homme (désir sexuel), mais de Dieu. (Jean 1/10-13) (Par la Nouvelle Naissance c’est-à-dire naître de la Parole et de l’Esprit) » 
Notre Seigneur ne l’a-t-il pas rappelé tout au long de son Ministère terrestre et singulièrement au grand docteur d’Israël nommé Nicodème dans Jean 3/3-12 ? « … Car ce qui est né de la chair (sexe) est chair. Et ce qui est né de l’Esprit (Parole) est Esprit ! Ne t’étonne pas que Je t’aie dit : il faut que vous naissiez de nouveau… Si vous ne croyez pas quand Je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand Je vous parlerai des choses célestes ? »

Il fustigea les Juifs et les conducteurs religieux incrédules et hypocrites, les traitant de "serpents" et de "race de vipères" (Matt 23/33), leur montrant ainsi leur provenance ou leur filiation : «Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez écouter ma Parole. Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fond ; car il est menteur et le père du mensonge. » Jean 8/43-44

L’apôtre Paul fit à l’église de Corinthe une mise en garde par ces mots :« Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. » 2 Cor 11/3
L’apôtre Jean montra sans détours le lien de parenté entre Caïn et son père le diable selon 1 Jean 3/11-12 : « … Et ne pas ressembler à Caïn, qui était du malin, et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises… »

Autant de passages de l’Ecriture qui aisément éclairent tout croyant sincère et soucieux de connaître les vérités fondamentales sur le péché originel, lequel ouvra la voie à une généalogie autre que celle d’Adam : la généalogie de Caïn (Ge.4/16-24). Toute la vie de Caïn est marquée par des traits de caractère parfaitement diaboliques :
- Il est meurtrier (Gen4/8)
- Il pratique une fausse religion apparemment séduisante (Gen 4/5)
- Il est coléreux (Gen 4/5)
- Il est menteur (Gen 4/9)
- Il est fuyant (Gen 4/16)
- Sa postérité est violente (voir Lémec Ge 4/23)
- Sa postérité est la mère de la civilisation moderne (Gen 4/3, 21-22).

Toh Glacia niant toute évidence, affirme que "l’Arbre de Vie" et "l’arbre de la connaissance du bien et du mal" au milieu du jardin étaient des arbres naturels. Mais tout au long de la Bible, les hommes et mêmes des nations sont comparés à des arbres !

- Le psalmiste ne qualifie-t-il pas l’homme pieux, méditant chaque jour la Parole de Dieu comme étant un "arbre" planté près d’un courant d’eau, dont le feuillage ne se flétrit point, et qui porte son fruit en sa saison ? (Ps 1/3)

- Dans le livre des Juges, n’est-il pas dit d’Israël à travers une métaphore que « Les arbres partirent pour aller oindre un roi et le mettre à leur tête : Ils dirent à l’olivier : règne sur nous. Mais l’olivier répondit : Renoncerais-je à mon huile, qui m’assure les hommages de Dieu et des hommes, pour aller planer sur les arbres ? … » (Juges 9/8-15)

- Balaam n’a-t-il pas quant à lui qualifié Israël « d’aloès et de cèdres plantés le long des eaux par l’Eternel Dieu tout Puissant ? » Nbres 24/6

- Jean Baptiste appelant à la repentance, ne montra-t-il pas au peuple, l’imminence du jugement de Dieu en ces termes ? « Déjà la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. » Matt 3/10 

- Notre Seigneur Jésus Christ n’a-t-il pas aussi usé de ce même symbolisme pour montrer l’évidence de la bonne semence ? Car dit-Il : « Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ou un mauvais arbre porter de bons fruits… C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. » Matt 7/17-20. N’est-il pas dit de Christ Lui-même qu’Il est le vrai Cep et les croyants, les sarments ? (Jean 15/1-2)

Comment Toh Glacia et tous ces détracteurs peuvent-ils ignorer ce Langage parfait de Dieu à travers toute l’Ecriture ? Cela pouvait étonner plus d’un ! Mais la Parole nous montre que leur folie sera manifeste et qu’ils ne feront pas de plus grands progrès ! Car se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ayant endurcis leur entendement !

Continuons et montrons dans notre exposé que :
Même le corps de la femme dans l’Ecriture est comparé à un jardin fermé avec des arbres fruitiers en son sein ! «Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée, une source fermée, une fontaine scellée. Tes jets forment un jardin où sont des grenadiers, avec les fruits les plus excellents, les troènes avec le nard ; le nard et le safran, le roseau aromatique et le cinnamome, avec tous les arbres qui donnent l’encens ; la myrrhe et l’aloès, avec tous les principaux aromates ; une fontaine des jardins, une source d’eau vive, des ruisseaux du Liban. Lève-toi, aquilon ! Viens, Autan ! Soufflez sur mon jardin, et que les parfums s’en exhalent ! » Cant 4/12-16
 
Gloire à Dieu, dans les lieux très hauts !
Sa Parole est notre seul baromètre car il n’y a pas d’autre unité de mesure que la Parole de Dieu ! Elle est notre Fil d’aplomb, et aussi le Poteau d’attache final, c’est-à-dire notre Absolu !

Cette révélation que Satan hait, permet de mieux comprendre notre besoin de Rédemption. Ainsi les deux personnages (l’un typifié par l’Arbre de Vie, et l’autre par l’arbre de la connaissance du bien et du mal), demeuraient au centre de la décision de l’Homme, luttant épaule contre épaule, chacun désirant s’introduire dans la race humaine : L’Arbre de Vie, Celui qui portait en soi la Vie « … s’est élevé devant Lui comme une faible plante, comme un Rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire »Es.53/2. Cet Arbre surnaturel représentait la théophanie de Dieu, visible, mais inaccessible à l’homme, qui était dans la chair. Il ne pouvait donc pas aller directement à cet Arbre de Vie et s’en nourrir. Car cette Vie éternelle de l’Arbre devait d’abord s’incarner afin de lui être accessible.

« Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachète ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'Adoption » Ga.4/4

« C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde » Jn.6/50-51

Quoique cette parole eut scandalisé les soixante dix disciples, et tant de religieux tout au long des âges, elle reste la preuve incontournable de cette Présence Divine de l’Arbre, autrefois en Eden et qui se manifesta Lui aussi en Chair. Ceci demeure néanmoins jusqu’aujourd’hui un élément surnaturel qu’il faut saisir par la foi, dans la matrice de l’âme du croyant : « En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui écoute ma Parole, et qui croit à Celui M’a envoyé, a la Vie Eternelle. Et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie. » Jean 5/24

Ainsi les croyants se nourrissent de la Chair-Parole du Fils de Dieu ! Amen ! «Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la Vie Eternelle, et que cette Vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la Vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la Vie. » 1Jn.5/11-12

Puisque c’est dans la chair que survint la chute, Dieu le Créateur va Lui-même procéder au Rachat par le Sang en devenant "LE PLUS PROCHE PARENT-REDEMPTEUR" de l’homme, par une Naissance Virginale ; c’est-à-dire sans apport du sexe appelée aussi: "la Semence promise de la femme" de Ge.3/15

Esaïe 7/14 : « C’est pourquoi le Seigneur Lui-même vous donnera un signe : Voici la vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils. Et elle lui donnera le Nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. » (Matt 1/23.)
Or la femme n’a pas de semence ! Toute semence vient de l’homme.C’est pourquoi : « Marie dit à l’ange : comment cela se fera-t-il puisque je ne connais point d’homme ? L’ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la Puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le Saint Enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. … car rien n’est impossible à Dieu. » Luc 1/34-37

LE GERME DE JUSTICE OU LA CELLULE DE SANG D’EMMANUEL

« Voici, les jours viennent, dit l'Eternel, Où j'accomplirai la bonne parole Que j'ai dite sur la maison d'Israël et sur la maison de Juda. En ces jours et en ce temps-là, Je ferai éclore à David un germe de justice; Il pratiquera la justice et l'équité dans le pays… Voici comment on l’appellera : "l’Eternel notre justice" . » de l’hébreu : Yahvé Tsidkenu. Je.33/14-16

Les apôtres montraient que cette Cellule de Sang d’Emmanuel fut prédestinée dès avant la fondation du monde. C’est la Semence de l’Esprit même (le Père) venue du Trône de Dieu qui s’incarna.

1 Tim 3/16 :« Et, sans contredit, le Mystère de la piété est grand : Dieu a été manifesté en chair, justifié par l’Esprit, vu des anges, prêché aux nations, cru dans le monde, élevé dans la Gloire. »

« Combien plus le Sang de Christ, qui, par un Esprit éternel, s'est offert Lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant »! He.9/14

« Mais par le Sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous » 1Pie.1/19-20

De même que la Semence promise de la femme était littéralement Dieu se reproduisant Lui-même dans la chair humaine, de même la semence du serpent est précisément la voie que Satan avait trouvée pour s’ouvrir une porte dans la race humaine à travers le serpent ancien ! Ce serpent ancien, suppôt de Satan comme nous l’avons mentionné antérieurement traita charnellement, en montrant la voie de la reproduction par le sexe ; ce qui était plus accessible à Adam et Eve puisque étant dans un vase animal (la chair).

Le terme "Manger"

« J’entre dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée ; je cueille ma myrrhe avec mes aromates, je mange mon rayon de miel avec mon miel, je bois mon vin avec mon lait… » Cant5/1 

Le terme "Manger", c’est s’approprier, communier.
"Manger de l’Arbre de la Vie", c’est s’approprier la Vie, communier avec la Vie même de Dieu.
"Manger de l’autre arbre", celui de la connaissance du bien et du mal, c’est faire entrer en soi la mort !

« Telle est la voie de la femme adultère : elle mange, et s’essuie la bouche, puis elle dit : je n’ai point fait de mal. » Prov 30/20
« Loin de là ! Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. » 1 Cor 6/16 
Nous y reviendrons dans la suite de notre exposé !

C’est à juste titre que la Bible montre que tout ce qui est né du désir sexuel est conçu dans le péché (Ps. 51/7 ; Job 14/4). En effet, tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Ro. 3/23).
Mais Christ qui vint par la Naissance virginale pouvait dire : « Qui me convaincra de péché ? » Jn. 8/46.

Considérons un instant les points saillants des faits bibliques concernant le péché originel : avant, pendant et après la malédiction prononcée par l’Eternel.

Dans la traduction Chouraqui, il est mentionné : « Elle prend son fruit (celui de l’arbre). Elle mange. Elle en donne aussi à son mari avec elle. Il mange » Ge.3/6

Dans la traduction Segond : « Elle prit de son fruit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle et il en mangea » Ge.3/6.

Dans la traduction Darby : « Elle prit de son fruit et en mangea ; et elle en donna aussi à son mari, pour qu’il en mangea avec elle, et il en mangea » Ge.3/6.

1. Tous ces récits prouvent qu’Adam ne fut pas présent quand la femme fut séduite par le "serpent ancien". Il eut donc deux actes : le premier avec le serpent ancien et le deuxième avec Adam.
2. Adam et Eve se cachèrent de honte, après la désobéissance à la Parole qui leur interdisait de "manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal" au milieu du jardin. Recommandation donnée à Adam par Dieu avant même l’existence physique et biologique d’Eve, sa femme Ge.2/15-17. Ils fuirent donc la présence de Dieu, et couvrirent, ici, leurs parties intimes qui avaient servi à l’acte ; et non la bouche ! Comme la pensée générale voudrait le faire croire ! Ge.3/7 : « Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, et ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuiers, ils s’en firent des ceintures ».
3. A l’interpellation de Dieu, Adam rejeta la faute sur Eve : « l’homme répondit : La femme que Tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre et j’en ai mangé » Ge.3/12
La femme à son tour rejeta la faute sur le "serpent ancien" : « La femme répondit : Le serpent m’a séduite et j’en ai mangé » Ge.3/13
Dans 2 Co 11/3, Paul mentionna ce fait : « Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. »

Ici, revenons sur l’un des chefs d’accusation portés à l’endroit de Branham et à son Enseignement sur le terme "séduire".
Tôh Glacia, juxtapose Gen 3/13  et 2 Co 11/3 et en déduit qu’il s’agit uniquement d’une "séduction spirituelle" et non physique !

Qu’en est-il exactement ?

Dans le Dictionnaire Universel "Hachette Edicef" troisième édition :
"Séduire : du Latin "seducere" signifie : conduire à l’écart, faire tomber en faute (de l’hébreu "Nasha" : séduction morale).
Parlant d’un homme, c’est amener une femme à lui accorder ses faveurs hors mariage" (de l’hébreu "Apatao" : séduction sexuelle). Le verbe hébreu "Nasha" va aussi correspondre à la séduction sexuelle physique et pas seulement spirituelle, surtout dans les rapports "hommes-femmes". L’apôtre Jacques ne met-il pas cela en évidence ? Jacq 1/14-15 : « Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis, la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché, et le péché, étant consommé, produit la mort. »

Eve fut premièrement séduite spirituellement bien entendu ! Car Satan l’amena à douter de la Parole prononcée par le Seigneur. Elle fut saisie par la convoitise (Ge.3/6) : « Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort. »

Ge.3/6 : « La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea».

Le résultat de cette convoitise fut le péché (l’acte sexuel entre Eve et le "serpent ancien", puis entre elle et Adam) et le péché consommé a produit la mort sur toute l’humanité.
Dans ce sermon du prophète William Branham, ce qui vient d’être dit a été explicité : « …Premièrement, il y a eu un accouplement spirituel lorsqu’elle accepta le mensonge de Satan et le laissa entrer dans la matrice de sa pensée, ce qui souilla son âme et installa la mort; ensuite l’acte naturel fut accompli » WMB-La Parole parlée est la Semence originelle 18/03/62 Jeff. Indiana.

L’expression "séduire une femme", c’est donc la déshonorer sur le plan sexuel, charnel etc.…
Un groupe de théologiens "modernistes" essayent de combattre l’orthodoxie de cette réalité : c'est-à-dire l’originalité de ce fait biblique ! Alors que la pensée Orthodoxe du péché originel fut l’immixtion de la race animale dans l’espèce humaine par le sexe. C’est bien des relations sexuelles dont il est question ici. Puisque le mot séduire veut dire plaire à quelqu’un afin d’obtenir de lui une faveur ou de l’amour.
Séduire, c’est aussi conquérir l’estime, la confiance de quelqu’un, c’est charmer, captiver. Ainsi, la séduction est d’abord un acte agissant sur la pensée !

1 Cor 6/18 : « fuyez la débauche. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps. Mais celui qui se livre à la débauche, pèche contre son propre corps. »

Prov 30/20 : « Telle est la voie de la femme adultère : Elle "mange", et s’essuie la bouche, puis elle dit : je n’ai point fait de mal. »

De quel acte répréhensible est-il question ici ?
S’agit-il de l’acte de manger un fruit naturel ?
La Bible s’est-elle trompée de terme ?
Les soi-disant évangéliques ont-ils ici à redire ?
"Mais, la Parole du Seigneur demeure éternellement ! Et cette Parole est celle qui vous a été annoncée par l’Évangile" 1 Pie.1/25
Citons encore quelques passages de l’Écriture… Dieu voulant insister sur ce qui s’est réellement passé dans le jardin d’Eden.

Cant 4/12-16 : «Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée, une source fermée, une fontaine scellée. Tes jets forment un jardin où sont des grenadiers, avec les fruits les plus excellents, les troènes avec le nard ; le nard et le safran, le roseau aromatique et le cinnamone, avec tous les arbres qui donnent l’encens ; la myrrhe et l’aloès, avec tous les principaux aromates; une fontaine des jardins, une source d’eau vive, des ruisseaux du Liban. Lève-toi, aquilon! Viens, Autan ! Soufflez sur mon jardin, et que les parfums s’en exhalent ».

Ici,  le corps de la femme est semblable à un jardin fermé, comparativement au jardin d’Eden ; et Eden signifie délices. C’est aussi une Vérité biblique !

Sondons encore l’Écriture dans :

Cant 4/16b : « Que mon bien-aimé entre dans son jardin, et qu’il mange de ses fruits excellents ! »

Cant 5/1: «J’entre  dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée ; je cueille ma myrrhe avec mes aromates. Je mange mon rayon de miel avec mon miel, je bois mon vin avec mon lait… »

Le terme "manger" dans ce contexte, c’est non seulement communier (faire entrer en soi) mais aussi consommer à la dérobée, c’est-à-dire prendre furtivement l’objet de sa convoitise ; à l’instar des amants brûlants, qui commettent l’acte sexuel avant le mariage légal.

Prov 9/17-18 : « Les eaux dérobées sont douces, et le pain du mystère est agréable ! Et il ne sait pas que là sont les morts, et que ses invités (ceux de la prostituée) sont dans les vallées du séjour des morts» parlant d’un éventuel client qui s’aventure vers la prostituée…

Ceci est différent de l’acte sexuel légal entre l’homme et la femme dans leur foyer après la cérémonie du mariage. Dans ce cas la Bible utilise le verbe "connaître".
Après que Dieu les eut renvoyés du jardin d’Eden, et à vivre leur ménage dans Sa "Volonté permissive" (ou Sa "Volonté accordée" car Sa première Volonté ne fut pas que l’homme se reproduise par le sexe), « Adam connut Eve, sa femme… » Ge.4/1 ;

Ge.4/25 : « Adam connut encore sa femme ; elle enfanta un fils, et l’appela du nom de Seth… »

Dans le "Livre juif Zohar" (1, 4a), (le Livre des Splendeurs) : Ouvrage cabalistique d’exégèse, écrit au XIII siècle qui est un ensemble des traditions juives relatives à l’Interprétation de l’Ancien Testament ; Rabbi Eléazar déclarait : ‘‘lorsque le serpent eut injecté à Eve le venin d’impureté, elle reçut ce germe et lorsque Adam cohabita avec elle, elle enfanta deux fils, l’un, Abel est à l’image du monde supérieur ; et l’autre, Caïn, à l’image du monde inférieur, et c’est pourquoi leurs chemins se séparèrent. Caïn, fils des démons impurs, fils du serpent malfaisant et pervers, devint meurtrier lui-même et fut le père de tous les gîtes d’impureté et de tous les esprits et démons du mal.’’

WMB : Exposé des 7 Ages, page106 : « C’est un fait quasiment universel parmi les différentes tribus primitives que de voir le serpent associé au sexe et souvent adoré en relation avec ce dernier. Les études en sexologie le démontrent dans bien des cas… Tout comme l’histoire du déluge est connue dans le monde entier, de même, cette vérité de la chute de l’homme est répandue sur toutes les contrées de la terre. Ils savent ce qui s’est passé là-bas en Eden. Le serpent a toujours représenté ce qui est bon et mauvais à la fois ; La personnification de la passion du mal. Il a été un symbole phallique (sexe mâle) à toutes les époques. »

Toh Glacia, à la page 32 de son ouvrage, a rapporté une citation saisissante de Paul Fueter dans "la Révélation des Origines", page 142-143, montrant la réaction des "Nyakusa" et des "Safwa" de Tanzanie (une peuplade de l’Afrique Australe) : « Nous savons bien que vous les Européens, vous nous cachez la vérité ; Le serpent a enseigné l’acte sexuel à Eve, qui l’a commis ensuite avec Adam ! »
Ces deux points prouvent réellement, une fois encore de plus que l’acte commis était le péché du sexe.

Les deux naissances gémellaires de Caïn et d’Abel

A propos de la naissance gémellaire :

Pour ceux qui pensent que ce n’est pas possible, sachez que des dossiers médicaux sont remplis de cas de femmes qui ont portés des enfants jumeaux issus d’ovules distincts et d’inséminations séparées, (ayant des pères différents), la fécondation de chaque ovule ayant lieu à plusieurs jours d’intervalle. De plus, certains des dossiers montrent que les jumeaux avaient des pères différents.
Récemment, le monde entier a entendu parler d’une mère norvégienne qui avait intenté un procès à son mari pour obtenir une pension pour elle-même et pour ses deux jumeaux, dont l’un était blanc et l’autre noir. Elle a admis avoir eu un amant noir. Les deux enfants avaient été conçus à trois semaines d’intervalle ! [confère article de journal page 26].

 

A Beaumont, Au Texas, en 1963, les dossiers nous fournissent encore un exemple de naissances multiples, dont les fécondations avaient eu lieu à plusieurs jours d’intervalle – tellement longtemps, en fait, que la mère avait failli mourir avec l’un des enfants lors de l’accouchement. (WMB : Exposé des sept ages de l’Eglise, page 101)

Ici même en Côte d’Ivoire, le journal "Dialogue" dans sa parution N° 80 du 02 Juin 2009 relate :
« Mia Washington a admis avoir eu une relation extraconjugale qui expliquerait la fécondation de ses ovules par deux hommes différents. La femme et son partenaire, James Harrison ont décidé de faire une série de tests ADN après avoir remarqué que leurs jumeaux, Justin et Jordan avaient des visages complètement différents. Selon le test de paternité, il y’a plus de 99,99 % de chances que les deux enfants n’aient pas le même père. Le laboratoire n’avait jamais vu un tel résultat avant, mais confirme qu’il s’agit bien là de la réalité. Selon le Docteur Chris Dreiling, cela peut arriver lorsque l’ovaire d’une femme libère plusieurs ovocytes pendant l’ovulation. Si la femme a plusieurs partenaires sexuels au même moment, ceux-ci peuvent féconder deux œufs séparés»

Puis, le journal "le jour plus" dans sa parution N°1908 du 30 au 31 janvier à la page 08 relate aussi :
« Un phénomène très rare chez les humains. Mais pas impossible. C’est l’histoire de A.K., qui apprend qu’il est le père que d’un seul de ses jumeaux… L’information provient du quotidien turc Sabah. Cet agent de sécurité à Istanbul doutait de la fidélité de son épouse et a fait faire des tests ADN sur ses jumeaux âgés de trois (03) ans. Fiables à 99,9 %, les résultats de ces tests ont montré qu’il n’était que le père d’un seul des garçons. Selon Joëlle Bellaïsch-Allart, gynécologue obstétricienne, il s’agirait non pas "d’une superfécondation – intervient lorsque la femme est déjà enceinte et qu’une autre fécondation a eu lieu- mais d’une double fécondation". "Les spermatozoïdes ayant une durée de vie de huit jours, cette femme a pu avoir des rapports avec deux hommes différents. Son ovulation aurait donc eu lieu au même moment, mais l’ovule aurait été fécondé par deux spermatozoïdes ne venant pas du même homme". Une thèse que défend également le professeur Rusen Aytac, chef du département de gynécologie de l’Université d’Ankara : "Si cette femme a des relations sexuelles avec deux hommes différents dans une courte période, cela peut aboutir à une grossesse double, chaque ovule portant un matériel génétique différent". Et il s’avère que la mère entretenait une relation avec un homme peu de temps avant que sa famille ne l’oblige à se marier avec A.K.* Le dénouement de l’histoire ? Le père a engagé une procédure de divorce. Il a décidé de conserver la garde de son enfant biologique. Quant au frère jumeau, il a été placé en institution. »

Encore une fois, le Dieu de Vérité vient de faire éclater sa Gloire à travers cette vérité fondamentale méconnue du monde religieux, mais révélée par l’Esprit de la prophétie envoyé en ce temps de la fin, tel qu’Il nous l’a fait connaître par le prophète William Marrion Branham, confirmant ainsi la Parole dans Daniel : « … Tiens sécrètes ces paroles, et scelle le Livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront et la Connaissance augmentera. » Da.12/4
Amen !

 

Les deux lignées

L’Ancien et le Nouveau Testaments mentionnent très clairement deux lignées bien distinctes sorties du sein d’Eve. D’ailleurs, la première appellation d’Eve fut "Isha" : femme, qui vient de "Ish", l’homme Adam (Ge.2/23); puis celle d’"hawwàh" ou Eve qui signifie "la mère de tous les vivants" (qu’ils soient bons ou mauvais) (Ge.3/20). Par ailleurs, aucun verset de l’Ecriture ne nous dit qu’Adam est le père de tous les vivants, tandis que "Eve" de l’hébreu "hawwàh" signifie : la mère de tous les vivants (Ge.3/20). Cette mention est faite juste après l’acte sexuel et la sentence d’un enfantement gémellaire avec douleur; car elle devrait très bientôt donner naissance à deux lignées distinctes. Ge.3/20-21 : « Adam donna à sa femme le nom d’Eve : car elle a été la mère de tous les vivants... »

Pourquoi la Bible nous donne-t-elle cette précision de taille ?
Parce que désormais, l’humanité sera composée de deux lignées 

- L’une venant d’Adam, fils de Dieu Ge.5/1-32: « Adam, à la ressemblance de Dieu ; puis Seth, en remplacement d’Abel que Caïn a tué ; Henosch ; Kenan ; Mahalaleel ; Jéred ; Henoc… jusqu’à Noé. »

1 Chr 1/1: « Adam, Seth, Henosch, Kenan, Mahaleel ; Jéred ; Henoc…»

Luc 3/23-38: « Jésus avait environ trente ans lorsqu’Il commença son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli… fils d’Enosch, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu »
Cette précision de taille est que Caïn ne fut cité nulle part dans la généalogie d’Adam.

Pourquoi ? « Car ce qui vous été annoncé et ce que vous avez entendu dès le Commencement…Ne pas ressembler à Caïn, qui était du Malin, et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes. Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait » 1Jn.3/11-13 :

- L’autre venant de Caïn, fils du Malin : Une race issue du chaînon manquant entre le règne animal et l’Homme, appelée aussi "la race des hommes de sang" ou "des hommes violents" qui ont peuplé aussi la terre. Ge.4/16-24 : « Caïn ; Hénoc ; Irad ; Mehujaël ; Metuschaël ; Lemec… »

C’étaient des hommes de renom, mais leurs voies furent celles de la mort : la poudre à canon, les armes à feu, les armes nucléaires, les bombes atomiques etc. ils produisirent la religion "nicolaïte" qui sert à conquérir, à balkaniser, et à dominer les Laïcs… Le constat est toujours le même : c’est la voie de la mort !

Cette double conception dans le sein de la femme, issue d’une double fécondation par le serpent ancien d’une part, et par Adam d’autre part, eut donc pour conséquence une naissance gémellaire : Caïn et Abel, se succédant comme l’ivraie et le froment mélangés dans le champ nourricier d’Eve.

Ge.3/15 : « Je mettrai inimitié(c’est-à-dire une aversion, un sentiment d’antipathie ou un rejet) entre toi (le serpent) et la femme, entre ta postérité ("la semence" : version Darby) et la Semence de la femme (représentée par notre Seigneur Jésus-Christ). »
Ceci fut accompli par la Victoire de Christ sur la Croix du calvaire où Il fut meurtri, mais en retour, rendit captifs la mort et le séjour des morts.

Pourquoi le déluge vint-il sur la terre ?

C’est à cause de l’hybridation de la race des fils de Dieu !

Ge.6/2-6 : « Les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Eternel dit : mon Esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans … L’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre ; et Il fut affligé en son cœur… »

Le terme "fils de Dieu" est différent des anges célestes qui eux, sont des êtres asexués c’est-à-dire, n’ayant pas de sexe (Matt 22/29-30) ;

Nous voyons que la tactique suivie est toujours la même : le mélange des semences afin d’étouffer la race élue, la lignée de Seth (fils de Dieu). L’hybridation due aux unions maritales avec la race impie de Caïn appelés fils ou filles des hommes survint sur cette race d’Adam. C’est la raison pour laquelle Dieu détruisit la quasi-totalité de l’humanité d’alors, par le déluge. Il repeupla la terre à travers Noé : « Il (Dieu) a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure. » Actes 17/26

Mais tout comme en Eden, le mal surgira aussi de l’arche de Noé, à travers le petit-fils de Noé né de Cham, que Dieu maudit, c’est-à-dire Canaan et ses frères Puth, Mitsraïm et singulièrement Cush, dont la mère est issue indiscutablement de la lignée de Cain. Cush engendra aussi Nimrod. C’est lui qui commença à être puissant sur la terre. Il fut un "vaillant chasseur" devant l’Eternel (Ge.10/8-9). Et, c’est de lui qu’arriva le polythéisme. Il y eut résurgence des caractères moraux (méchants, malicieux, cupides, sanguinaires, religieux) et aussi physiologiques (géants) de leur ancêtre le serpent ancien.
Le sexe et le désordre qu’il entraîne, furent la cause principale de multiples châtiments et jugements divins sur la terre :
Les exemples :
¨ du déluge du temps de Noé (Ge.6) ;
¨ du châtiment sur les villes de Sodome et Gomorrhe (Ge.19) ;
¨ du jugement sur Israël qui commit la débauche avec les filles des Moabites (Nbres 25/9 ; 1 Co.10/8) ;
¨ le châtiment à perpétuité survenu sur les fils et la maison d’Eli le sacrificateur (1 Sam 2/22 ; 1 Sam 3/12) ;
¨ le châtiment futur élevé contre Hollywood et ce monde impie etc.

« …Mais le corps n’est pas pour la débauche, il est pour le Seigneur. Et le Seigneur pour le corps. » 1 Co.6/13

La Semence Vivante de la Parole Permanente de Dieu, conduira tous les croyants à nouveau dans un Monde à l’état originel, des fils de Dieu créés à l’Image de Dieu, c’est-à-dire à l’absence définitive du sexe ! Gloire ! Gloire ! Gloire à Dieu !

« Jésus leur répondit : Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la Puissance de Dieu. Car à la Résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. » Matt 22/29-30

Conclusion

En définitive, l’homme et la femme dans le jardin d’Eden, quoique résidant dans un vase de chair, devaient supporter l’épreuve et le test de Dieu, jusqu’à son terme, et jusqu’à ce que la Vie Eternelle de l’Arbre s’incarne afin de leur être accessible ; et que par Elle (la Parole divine de la multiplication : la Semence royale de Dieu), Adam puisse appeler à l’existence chaque fils et chaque fille de Dieu ayant droit à la Vie et dont les noms étaient contenus dans le Titre de Propriété de toute la terre, qui est le Livre de Vie. Tout comme Christ fut annoncé dans la Prophétie depuis l’Ancienne Alliance, mille ans avant sa Nativité à Bethlehem dans David : Ps 2/7 : « Je publierai le décret : l’Eternel m’a dit : Tu es mon Fils ! Je T’ai engendré aujourd’hui ! ». Ainsi, chaque fils annoncé par Adam devait venir par une naissance virginale, après qu’Eve ait contracté grossesse, non par le sexe, mais par la Puissance de l’Esprit Saint !
Alléluia ! Gloire à Dieu !

Malheureusement Adam et Eve, puis toute l’humanité s’en sont écartés, s’exposant ainsi à une vie périssable, éphémère, passagère, pleine de déboires. Mais Christ, notre Parent Rédempteur, le Second Adam nous ramène par le Rachat par son Sang et par la Nouvelle Naissance, à une Vie impérissable à travers la Parole de l’Esprit ! A nouveau la Parole appelle! La Parole délivre! La Parole guérit! Elle restaure l’âme affligée et la place dans une haute Naissance!
« Car ce n’est rien d’être circoncis ou incirconcis ; ce qui est quelque chose, c’est d’être une Nouvelle Création. » Ga.6/15
« Puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible (le sexe), mais par une Semence Incorruptible, par la Parole Vivante et Permanente de Dieu. Car toute chair est comme l’herbe, et toute sa gloire comme la fleur de l’herbe. L’herbe sèche, et la fleur tombe : Mais la Parole du Seigneur demeure éternellement. Et cette Parole est celle qui vous a été annoncée par l’Evangile. » 1 Pie 1/23-25 
Amen ! Et Amen !


 

Que Dieu vous bénisse richement !
Votre serviteur par le Sang de Jésus Christ, Pasteur Pierre ESSOH YAO


DU MEME AUTEUR


Voir tous les enseignements du Pasteur Pierre ESSOH Yao
Voir


AUTRES AUTEURS


Voir tous les enseignements du Prophète William Marrion Branham
Voir

Voir tous les enseignements du Pasteur Augustin BLAY de Washington de D.C.
Voir

Voir tous les enseignements du Pasteur KOUABO Alexis d'Adiao (BONOUA)
Voir